Histoire de la capoeira

Histoire de la Capoeira

On peut remonter les origines de la capoeira jusque vers la fin du 17e siècle. À cette époque, les anciens esclaves, nouvellements affranchis, se voient confrontés à une situation nouvelle et difficile en soi. Durant cette période de transition, la main d’oeuvre esclave est rapidement remplacée par la population inemployée des environs. Ceci provoque un exode massif de la population noire vers les villes, à la recherche d’un moyen de subsistance. On s’y installe, à la recherche de travail. Analphabète, sans instruction ni connaissance pratique autre que celle apprise durant son esclavage, la situation économique et sociale du Noir dans les grandes villes du Brésil est pénible.

C’est durant cette expansion rapide des cités et la soudaine promiscuité des différentes classes de la population brésilienne que la capoeira est apparue comme une forme d’expression de la résistance des Noirs contre les oppresseurs blancs.

En effet, durant cette époque, les conflits entre les noirs et la classe dominante, majoritairement blanche, étaient bien souvent inévitables. Ces conflits et révoltes, incitèrent les autorités à réprimer toute forme d’expression corporelle, dont la capoeira faisait partie, qui inciterait des personnes à en venir aux coups. Les autorités judiciaires permirent alors à leurs agents d’appliquer des châtiments corporels contre toute personne surprise à pratiquer la capoeira. Une lettre datant du 31 octobre 1821 et signée par le Ministre de la Guerre, le Général Carlos Frederico de Paula et Nicolau Viegas de Proença, établissait les directives exactes à suivre pour l’application de ces châtiments corporels.

Cependant, durant la guerre qui opposa le Brésil au Paraguay, l’armée du Brésil décida d’exploiter les connaissances martiales des capoeiristes et en forma un bataillon complet. Ce dernier fut envoyé en ligne de front et s’y fit remarquer par des victoires décisives. Celui-ci en sortit couronné du pseudonyme de « bataillon des zouaves ».

Mais un grave coup attendait les pratiquants de l’art; le 11 octobre 1890 on inséra dans le Code Pénal du Brésil le décrêt nº487 qui établissait au chapitre XIII :

Ce décrêt fut appliqué avec vigueur et zèle. Au début du mandat du gouvernement provisoire, un grand nombre de personnes furent poursuivies par les chefs de police, mises en prison et déportées à Fernando de Noronha. À partir de là, la disparition des pratiquants de l’art fut graduelle et semblait irréversible.

Cependant, en 1937, sous Getúlio Vargas, alors président de la République du Brésil, la capoeira refit surface grâce à l’abolition du décrêt nº487. La seule condition était l’obligation de pratiquer cet art dans des espaces fermés. L’aspect légal de la capoeira passait inévitablement par un contrôle institutionnel.

Le but recherché dans la légalisation de la capoeira était un appui pour l’uniformisation sociale que le nouveau gouvernement tentait de mettre en place. En effet, sous la république de Vargas apparait une rhétorique du corps; l’état fait la promotion de la santé et de l’activité physique. Ce discours est marqué par la mise en place d’un programme de formation de professeurs en éducation physique.

Références :

Capoeira for Everyone

contact us now